home home Notes projects galeries links experience contact
Right now, I am probably at:
Ecole Normale Supérieure @ My office
[Chine 2008] Mongolie intérieure
07/2008

Skip text and jump to pictures

   Plutôt que de raconter mes aventures en Mongolie intérieure, je préfère détailler le voyage qui m’a permis d’y arriver, car il est assez représentatif de ce que j’ai vécu dans les transports chinois en général.

En Chine, on ne peut pas acheter de billet de train (ou de bus) en ligne, ni depuis une autre ville. Ce qui oblige à attendre d'arriver destination pour acheter le billet de retour. Les billeteries pour une destination ouvrant trois à cinq jours avant le départ, il est assez difficil d’organiser des week-ends :
1) j’achète mon billet de train quatre jours à l'avance en ayant fait la queue une heure avant l'ouverture du guichet pour être sûr d'avoir une place, parce qu'à 7h10 il n’y en a plus.
2) j’arrive dans la ville de mon week-end, et je commence par faire la queue pour prendre mon billet retour. Malheureusement, c'est un week-end, ce qui signifie que je veux rentrer dans deux jours maximum, ce qui signifie que les billets ont déjà tous été vendu la veille au plus tard

=(

Mais plusieurs solutions existent, comme celles qui m’ont permis d’aller de Pékin à Chifeng, puis de Chifeng à Xilinhaote :
- soit tu rencontres une fille super sympa qui a des relations, qui rentre le même jour que toi et qui sait comment obtenir des billets au black (parce que si les places disparaissent si vite, c'est que les gens les achètent toutes pour les revendre). Ainsi, j’ai pu découvrir Chifeng, ses petits-déjeuners et son lever de soleil sur la montagne rouge en compagnie d’une étudiante (en business english, comme la moitié des étudiants que j’ai rencontré!!), originaire de Chifeng.
- soit en fait, tu es tombé dans la magouille des guichetières et des chauffeurs de bus : la guichetière te dit qu'il n'y a plus de billet mais que tu peux te débrouiller tout seul à l'entrée de la gare. Tu vas donc à l'entrée de la gare et un gars te demande où tu veux aller. Tu lui reponds, il te fait le même prix que le bus légal. Il te fait asseoir dans un cafe, dont l'entrée est cachée des petits curieux (les flics par exemple). Après avoir attendu 30 min en plus de l'heure de départ du bus officiel, le gars te dit de monter dans un taxi. Difficile de comprendre ce qu'il se passe. Le taxi va jusqu'au péage de sortie de la ville et fait descendre tout le monde. Mais qu'est-ce que c'est que ce bins!s Mais bon, il y a une dizaine de personnes avec toi donc tu te dis que c'est normal. Tu traverses le péage à pieds et tu attends. Tu finis par voir un bus qui arrive. et, miracle, c'est le bus officiel! Tu montes dedans, tu t'asseois par terre, enfin, sur un mini-siège posé par terre. Tu demandes au gars d'à côté si le bus va bien là où tu veux. Non. Ok, cool. En fait, le responsable te fait changer de bus à la moitié du chemin, où tu dois encore te cacher dans un café. Une fois dans le bus, dès que la police inspecte le véhicule, le nouveau responsable ferme la porte de guichet du début du couloir, se met bien devant, et demande à tous ceux qui sont assis dans ce couloir de se baisser un peu.

Tout ça pour réaliser que les steppes mongoles, ce n’est rien de plus que… de l’herbe!!

 

  Pictures from gallery : [Chine 2008] Mongolie intérieure

Back to index

<
>
Copyright © 2012-2014 Yohan Farouz. All rights reserved.
twitter